Graphiste publicitaire

Du 01/11/20 au 30/11/20

Affiches, gloire et santé

Au début des années 30, Vasarely étudie à l’école Bauhaus de Hongrie, Muhely, où il se familiarise avec l’abstraction et la géométrie.

ZÈBRES-AA

Cette école de Beaux-Arts ne met pas seulement l’Art pur en avant, mais promeut l’art appliqué. L’Art se doit d’avoir un but et être porteur de message, en plus d’être adapté à une société en pleine modernisation et industrialisation.

Il y apprend l’importance de la composition et de l’abstraction appliquées au domaine de la communication. Sur les conseils de son maître, Sandor Bortnyik, il apprend à gagner sa vie grâce à un métier bien fait, la publicité, pour pouvoir se consacrer à d’autres travaux personnels.

« Si je compare la publicité à une langue, le trait, les formes et les couleurs en constitueraient l’alphabet. »

À 24 ans, Vasarely s’installe à Paris et commence une carrière de publicitaire chez Havas et Draeger, en réalisant notamment des affiches pour le domaine pharmaceutique. Il dira à ce propos, en 1947 :
« Le dessinateur publicitaire doit mettre en sourdine sa personnalité
et, au besoin la sacrifier ; le goût, le genre, la compréhension
et le style de l’œuvre publicitaire varient selon la couche de population
à laquelle elle s’adresse. Le problème est essentiellement différent pour une affiche de football destinée à attirer la foule et un encart pharmaceutique adressé aux médecins. »

Publicité Mondiano

Publicité Mondiano

Publicité Basedowine

Publicité Basedowine

Avec un revenu confortable, il fonde une équipe d’aides-dessinateurs.
Il peut ainsi poursuivre ses recherches personnelles sur les Études graphiques. Les impressions de l’époque sont réalisées grâce à la maîtrise des imprimeries et des typographes, notamment ceux de chez Draeger, où travaille Vasarely.
Les papiers exigeants comme le buvard, les supports dorés, ou encore transparents sont utilisés et permettent des rendus embossés ou aux textures nouvelles, qui riment avec modernité.