14
Mar
LA RÉVOLUTION PERMANENTE
10:00 vers 18:00
À partir de 14-03-19 vers 28-04-19

7 JUIN – 20 OCTOBRE

 

Commissaire : Michel Gauthier

 

Le Musée national d’art moderne / Centre Pompidou présente à la Fondation Vasarely une sélection d’une vingtaine d’œuvres optiques et cinétiques. Dans ce lieu, qui peut être considéré comme la Chapelle Sixtine de l’optico-cinétisme, et dont les travaux de restauration viennent de s’achever, il s’agit de présenter au public un ensemble d’œuvres qui témoigne tout à la fois de l’importance de ce courant esthétique, mais également de sa diversité et de sa persistance contemporaine. De Jesus Rafael Soto à Philippe Decrauzat, de Carlos Cruz-Diez à Xavier Veilhan, de Nicolas Schöffer à Jeppe Hein, en passant par Wojciech Fangor, Gyulia Kosice, Walter Leblanc, Francisco Sobrino et quelques autres, c’est une « Révolution permanente » que proposent les œuvres réunies pour donner une image plurielle d’une tendance esthétique centrale du demi-siècle écoulé, à laquelle est attaché le nom de Victor Vasarely. L’exposition s’inscrit dans la dynamique de l’exposition « Vasarely, le partage des formes »                              (6 février-6 mai 2019) du Centre Pompidou.

 

 

 


 

Exposition satellite [La révolution permanente]
7 juin au 20 octobre 2019

 

L’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence et la Fondation Vasarely partagent une longue histoire et de nombreux acteurs communs notamment l’architecte Claude Pradel-Lebar qui a dessiné l’école et dirigé la Fondation lors de son ouverture.

Les relations entre les deux institutions sont depuis restées pérennes. Elles ont exploré de nombreuses formes d’expérimentations qui nourrissent encore aujourd’hui le projet ambitieux du Centre architectonique conçu par Victor Vasarely.

Cette année, l’arrivée d’un nouvel acteur dans la programmation de la Fondation ouvre naturellement la porte à une complicité réinventée. Dans l’oeuvre architectonique de Victor Vasarely viendront se glisser à la fois des pièces issues de la collection du Centre Pompidou – Musée national d’art moderne sélectionnées par Michel Gauthier, mais aussi, avec l’acuité de leur regard d’artiste en devenir, celles de cinq étudiants* de l’école d’art d’Aix-en- Provence : Boris Bermond, Oguzhan Koc, Inès Koussa-Gradenigo, Priscila Lima et Manon Trentesaux. D’un côté la proposition d’un commissariat qui met en perspective une oeuvre historique et de l’autre, une série de questions posées à de jeunes créateurs : Quel dialogue établir aujourd’hui avec les oeuvres optico-cinétiques de la Fondation ? Comment s’immiscer dans ce programme artistique d’envergure ? Comment s’imprégner d’un projet tout en rejouant ses codes esthétiques ? Pour accompagner ce travail auprès des étudiants, l’école s’est tournée vers l’artiste Emmanuelle Laîné dont l’oeuvre, à sa manière, questionne les modalités de perception et de représentation de l’espace. Que Michel Gauthier et Pierre Vasarely soient ici vivement remerciés d’avoir rendu cette nouvelle collaboration accessible à de jeunes artistes.

Christian Merlhiot
Directeur de l’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence