Projection avec Maxime Berthou

的 25/04/23 至 26/04/23

Gratuit sur inscription

À l’occasion de son cycle 7e art, dédié cette saison aux films d’artistes, la fondation Vasarely accueille Maxime Berthou pour deux soirées de rencontre/projection.

Soutien de Famille

Mardi 25 avril à 19h30

carrés-newsletter-fondation-vasarely-fevrier-2023

À bord de “Soutien de Famille“ qu’ils viennent tout juste de faire restaurer, Max et Mark, deux apprentis marins en quête d’aventure et de poésie, naviguent de la Bretagne à l’Écosse. À leur arrivée, une promesse à tenir : celle de transformer la coque de leur vieux voilier en fûts de whisky… Un pari aux airs de performance artistique qui devra composer avec les caprices de la mer. Jusqu’où les deux amis seront-ils prêts à aller pour atteindre leur liberté ?

Southwind

Mercredi 26 avril à 19h30

carrés-blanc-newsletter-fondation-vasarely-fevrier-2023

Deuxième long-métrage de Maxime Berthou et Mark Pozlep, Southwind est un film réalisé à partir de

Southwind_jpeg

la concrétisation d’une performance artistique menée par le même duo franco-slovène. Ce projet qui a consisté à descendre le Mississippi à bord d’un bateau à vapeur artisanal avait pour but d’étudierl’impact économique et écologique de la monoculture du maïs sur les rives du fleuve. Mais leur voyage a commencé quelques mois après l’une des plus grosses inondations qu’a connue les États-Unis, et finit quelques semaines à peine avant le début de la pandémie de COVID-19 et de la fin du mandat de Donald Trump. C’est donc un portrait d’une Amérique entre deux crises que le film révèle et où le motif de la céréale disparaît peu à peu.

Maxime Berthou

carrés-newsletter-fondation-vasarely-fevrier-2023

Français né en 1981, Maxime Berthou sort diplômé de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence avant d’intégrer le post-diplôme du Fresnoy Studio National des Arts contemporain de Tourcoing puis de suivre une formation pré-doctorale aux Arts Décoratifs de Paris.
Sa pratique artistique consiste à réaliser des essais cinématographiques à partir de l’expérience vécue lors de gestes performatifs. Son travail s’inscrit dans un contexte de recherche basé sur la pratique superposant un cadre artistique à un cadre scientifique.