VASARELY PLASTICIEN

OUVERTURE DE 3 NOUVELLES SALLES À PARTIR DU 6 OCTOBRE

 

A partir du 6 octobre 2018, la Fondation Vasarely ouvre ses trois salles de l’étage pour les consacrer à l’oeuvre du « père de l’op art ».

 

A cette occasion, une salle nomée « Lucien Arkas » sera consacrée à l’exposition de douze oeuvres de ce collectionneur turc passionné

par l’oeuvre de Victor Vasarely.

 

Un nouveau parcours de visite et de médiations culturelles permettront aux visiteurs de découvrir ou de redécouvrir l’univers plastique du Maître, depuis ses débuts de graphiste jusqu’à la réalisation de ses intégrations monumentales et de son projet utopique de la « cité polychrome du bonheur ».

 

 

Cette présentation didactique, avec près de 200 oeuvres et documents originaux, dans une scénographie adaptée, intègre les éléments fondamentaux du projet du Plasticien français d’origine hongroise (Pécs 1906 - Paris 1997).

 

Cette exposition attendue trouve sa place dans un bâtiment classé au titre des Monuments Historiques depuis le 25 novembre 2013 et restauré dans son intégralité (2013 - 2018).

 

 

 

 

 

Légende des oeuvres  :

 

Inguiniel - 1947-55
Huile sur carton - 31,9 x 41,7 cm
Collection particulière en dépôt à la Fondation Vasarely
Crédit Anne Fourès

 

Sokotora - 1949

Huile sur toile - 60,5 x 65 cm - Collection particulière


SIMULATIONS ET ILLUSIONS - ORAN HOFFMANN

21 SEPTEMBRE - 20 NOVEMBRE

 

L’artiste Oran Hoffmann présente son travail pour la première fois en France lors de trois expositions simultanées, à Aix-en-Provence, dans trois lieux marquants : la Fondation Vasarely, l’Atelier Cézanne et la « La Non-Maison ».

A la Fondation Vasarely Oran Hoffmann propose des œuvres qui explorent et interprètent l’œuvre du plasticien Victor Vasarely et dont le résultat est le fruit d’une appropriation personnelle de matériaux originaux, originellement employés par Vasarely pour la réalisation d’œuvres monumentales et conservés dans les archives de la Fondation.

La publication, sous forme d’index, éditée pour l’exposition met en exergue l’abondance et la variété de ces matériaux et conclue le travail d’Oran Hoffmann après un an de recherches au sein de cette institution.

 

 

Pour l’artiste, “l’œuvre de Victor Vasarely est conceptuellement fascinante en cela qu’elle suggère une autre façon de voir. L’utilisation de matériaux originaux du plasticien et mon implication dans sa façon de concevoir l’art, m’ont conduit à une compréhension renouvelée de son travail ». Les sculptures nouvellement créées font à la fois référence à la production de Vasarely et mettent en lumière de nouvelles perspectives.

Cette exposition fait partie de la saison France-Israël.

Consulter le dossier de presse.

 

 


AU FIL DES SIÈCLES, 1918-2018, Chefs-d'œuvre de la tapisserie

Jusqu'au 23 septembre à la Galerie des Gobelins, Paris

 

Le Mobilier national présente du 10 avril au 23 septembre 2018, « Au fil du siècle, 1918 - 2018, Chefs-d’œuvre de la tapisserie » à la Galerie des Gobelins (Paris). Cette exposition invite le public à relire le siècle écoulé à la lumière des œuvres les plus illustres, tissées aux Manufacture des Gobelins, de Beauvais, de la Savonnerie et d’Aubusson.

À travers la richesse de ses collections, conçues en collaboration avec des artistes de grande renommée, le Mobilier national offre un regard original sur les profonds bouleversements du siècle, en termes artistiques, sociologiques, politiques et techniques. Anquetin, Denis, Serrière, Beaume, Cappiello, Bracquemond, Lurçat, Gromaire, Matisse, Picasso, Miró, Le Corbusier, Delaunay, Dufy, Derain, Hartung, Zao Wou-Ki, Vasarely, Morellet, Bourgeois... autant de grands noms qui symbolisent les fractures, les élans et les espoirs du siècle.

Dans un parcours chrono-thématique, près d’une centaine de biens seront exposés : tapisseries, tapis, cartons et mobiliers dont la qualité témoigne de la vitalité de la création et du savoir-faire exceptionnel des manufactures, qui ont traversé ce siècle en se réinventant continuellement.

 

COMMISSARIAT 

Christiane Naffah-Bayle, directrice des collections du Mobilier national, en collaboration avec les commissaires Thomas Bohl, Lucile Montagne, et Gerald Rémy, inspecteurs des collections du Mobilier national. L’exposition bénéficie également de la participation du philosophe Yves Michaud, et de l’historienne de l’art Ophélie Jouan.

 

http://www.mobiliernational.culture.gouv.fr/fr/expositions-et-evenements/au-fil-du-siecle-19182018-chefsdoeuvre-de-la-tapisserie

 


 
" VICTOR VASARELY - IN THE LABYRINTH OF MODERNISM"
STÄDEL MUSEUM - FRANCFORT
26 septembre au 13 janvier 2019

 

Le Musée Städel présente une rétrospective consacrée à l’œuvre de l’artiste Victor Vasarely à l’automne 2018.

Conçu en collaboration avec le Centre George Pompidou à Paris, "Victor Vasarely, dans le labyrinthe du modernisme » retrace les racines et la genèse de cette œuvre centenaire basée sur des images et des objets clés de son œuvre majeure.

 

 

 

 

 


 

 

" VASARELY, LE PARTAGE DES FORMES "
CENTRE POMPIDOU - PARIS
Du 6 février au 6 mai 2019

 

Pour la première fois, cette rétrospective donne leur pleine place à tous les aspects de la création de l’artiste. Elle donne à voir et à comprendre l’ensemble des facettes de son œuvre foisonnante. Suivant un parcours chronologique, l’exposition aborde les grandes étapes de la vie de l’artiste, depuis sa formation dans les traces du Bauhaus jusqu’à ses dernières innovations formelles, autour de la quatrième dimension.

 

Plus d'informations


RHYTHMUS, INSTALLATION DE VERA RÖHM DANS LE PARC DE LA FONDATION

A partir du 17 février 2018

Une installation de Vera Röhm donne lieu à des perceptions complexes, ambivalentes. Matériaux de facture industrielle, l’aluminium et le plexiglas contrastent avec le paysage environnant. La nature agit comme un espace structuré par des verticales ainsi que le feraient des éléments d’architecture. On éprouve en même temps une sensation de vitalité et de croissance, comme si les stèles fixes – animées par une dynamique interne – tendaient, telles des plantes, vers la lumière, bien qu’au premier abord elles ne fassent pas référence à de l’organique, avec leur rigoureuse structure géométrique et leur matériau. Les parties en plexiglas, transparentes, reflétant la lumière, ouvrent la vue sur l’espace environnant. Ainsi, la sculpture en tant qu’installation, l’architecture et la nature entrent dans un rapport aussi contrastant qu’unifiant, qui permet le déploiement d’une réflexion aux multiples ouvertures.