Festival des arts multimedia GAMERZ 2019 | 15e Édition

EXPOSITION "DIGITAL | ALTER" | du 13 au 24 novembre 2019

  

Vernissage de l'exposition & ouverture du festival en présence des artistes,
à la FONDATION VASARELY | MERCREDI 13 NOVEMBRE à partir de 14h00

 

Avec les ensembles monographiques :

  • « DEMAIN LES ROBOTS » FRANCE CADET
  • « L’INTRIGUE » FABRICE MÉTAIS
  • « MEME » OLIVIER MORVAN
  • « 3615 LOVE » PAMAL-Group
    avec : JACQUES-ELIE CHABERT, EDUARDO KAC, MARIE MOLINS, CAMILLE PHILIBERT
et les œuvres de :
  • JULIUS VON BISMARCK
  • JON RAFMAN
  • ANTONIO ROBERTS
Le Festival international des Arts Multimédia GAMERZ revient pour sa 15e édition du 13 au 24 novembre 2019 dans la ville d’Aix-en-Provence, après une pré-ouverture inédite et vibrante à Marseille. Le Festival GAMERZ déploie une programmation originale, internationale et résolument expérimentale en invitant de nombreux artistes à investir différents lieux de création contemporaine. Cette année, le festival interroge notre condition contemporaine en proposant la notion de « Digital Alter » comme axe de recherche et chantier artistique.

 

CONFERENCE " ART, TECHNIQUE, MATIERE ET IDEE " | Samedi 16 novembre, 15h

Avec :

JEAN-MICHEL SALANSKIS, philosophe, Professeur émérite, Université Paris-Nanterre
FABRICE MÉTAIS, artiste, Maître de conférences, Aix-Marseille Université
Faisant face au réalisme ambiant, les positions philosophiques de Jean-Michel Salanskis sont celles d'un éloge du théorique et de l'idéal. Pour autant, la dimension humaine de l'expérience est au cœur de ses préoccupations lorsqu'il s'engage à décrire les différents territoires du sens (l'amour, le politique, la science, etc.) dans une « ethanalyse ». Dans l'ensemble monographique « L'intrigue », Fabrice Métais, quant à lui, cherche à explorer l'enchevêtrement du rapport à l'autre et du désir dans les structures d'un monde, dans l'impassibilité de ses rythmes, dans ses formes géométriques et ses aléas. Cette conférence est l'occasion d'un croisement de regards.
 
DIGITAL | ALTER
« Je constate que depuis que l'homme est homme il a éprouvé la nécessité impérieuse de se constituer un autre univers que le constatable et qu'il l'a constitué par la parole, et que cela, il l'a dénommé vérité. » [1]
Et si l’enjeu technologique n'était pas tant celui de la connaissance et du pouvoir, mais avant tout celui du désir et du rapport à l’autre ? La création artistique en regard des outils contemporains permettrait-elle de réconcilier la parole et la vie, l’homme moderne et son avenir ?
 

Le Festival international des Arts Multimédia GAMERZ revient pour sa 15e édition cet automne du 13 au 24 novembre 2019 dans la ville d’Aix-en-Provence, après une préouverture inédite et vibrante à Marseille. Le Festival GAMERZ est cette année pensé comme un temps permettant d’interroger l’humanité dans son rapport au monde. Il propose de sonder les influences des technologies numériques de notre condition existentielle grâce aux œuvres artistiques présentées. Entre métaphysique, cultures populaires, et technologies actuelles, les re
gards des artistes regroupés ici, forment autant de représentations du réel en affirmant leur singularité comme objet poétique. Le festival présente près de trente artistes internationaux et propose au public un véritable circuit artistique dans plusieurs lieux culturels de la métropole avec des expositions, des conférences, des soirées de performances et des ateliers entièrement gratuits.
 

L’exposition Digital-Alter au cœur de cette édition articule trois ensembles monographiques permettant une vision précise du travail de ces artistes et les met en regard avec des œuvres sélectionnées pour les paradigmes d’altérité qu’elles portent. Les installations présentées deviennent alors des marqueurs facilitant l’analyse de nos sociétés en permettant d’identifier les courants de son époque. À ce titre, cette exposition se propose d’interroger « le passage des gestes d’amour dans les médiations techniques » [2], au travers des langages, des supports et des matériaux numériques qui structurent désormais notre environnement. Les installations et performances présentées opèrent un jeu de distanciation qui renégocie les rapports entre symbolique et sémantique donnant naissance à des formes originales permettant de prendre un recul nécessaire face au temps réel de l’urgence de notre actualité technologique. Cette édition propose d’appréhender le geste artistique comme dynamique relationnelle porteuse de valeurs décisives. Les artistes présentés se tournent vers « l’Autre » afin de dépasser l’individualisme, l'auto-représentation et le narcissisme, valorisés par les technologies numériques et les modèles de la communication « télématique » ou actuelle.
 

Après avoir mis en place différentes enquêtes critiques lors d’expositions telles que « Digitale Défiance » ou « Digital Animisme » proposant au public des alternatives artistiques au « tout numérique », ce festival est pensé comme un panorama de visions mettant à l’honneur l’altérité et la singularité comme autant de gestes artistiques essentiels.
1. Jacques Ellul, La parole humiliée, 1981, Éditions du Seuil, p. 26-27.
2. Fabrice Métais

 
 
Infos Pratiques :

FONDATION VASARELY :
ENTRÉE LIBRE & GRATUITE
1 Avenue Marcel Pagnol 13090 Aix-en-Provence Tél. 0442200109
Horaires : Tous les jours de 10h à 12h et de 13h à 18h
Accès en bus du centre ville : Arrêt Vasarely / Bus de ville ligne A - Parking à l’entrée
Entrée libre et gratuite
Visites de groupe sur rendez-vous
 

Pour tout autre renseignement, veuillez contacter l’organisation du festival :
 

Les partenaires du festival des arts multimedia GAMERZ 2019 :
Mairie d’Aix-en-Provence - Métropole Aix-Marseille - Conseil Départemental des Bouches du Rhône - Région SUD - DRAC P.A.C.A.- DICREAM - CNC - Ministère de la Culture et de la Communication
Fondation Vasarely - Office de Tourisme d'Aix-en-Provence - École supérieure d'Art d'Aix-en-Provence Felix Ciccolini - Aix-Marseille Université - Rencontres du 9e Art l Festival BD l Aix en Provence - Courant d'art, association étudiante - Art-Cade Galerie Bains Douches - Otto Prod - DDAContemporaryArt Diffusing Digital Art - 1979 - AR Asymétrie radicale - CNRS - PRISM - Seconde Nature - Colson Wood - Château Ephémère - ASOR productions - MAS musique audio sons - Le Phare à Lucioles
Nova 105.7 fm - Makery - Anonymal - tntb.net - La Provence - Radio Zinzine Aix - We make money not art - Gamescences - Mag MCD Musiques et Cultures Digitales) - Poptronics -DigiCult - Journal Ventilo - Artshebdomédias - pointcontemporain.com
Site du festival  & programme complet : www.festival-gamerz.com


VASARELY PLASTICIEN

OUVERTURE DE 3 NOUVELLES SALLES

 

La Fondation Vasarely ouvre ses trois salles de l’étage pour les consacrer à l’oeuvre du « père de l’op art ».

 

A cette occasion, une salle nommée « Lucien Arkas » sera consacrée à l’exposition de douze oeuvres de ce collectionneur passionné

par l’oeuvre de Victor Vasarely.

 

Un nouveau parcours de visite et de médiations culturelles permettent aux visiteurs de découvrir ou de redécouvrir l’univers plastique du Maître, depuis ses débuts de graphiste jusqu’à la réalisation de ses intégrations monumentales et de son projet utopique de la « cité polychrome du bonheur ».

 

 

Cette présentation didactique, avec près de 250 oeuvres et documents originaux, dans une scénographie adaptée, intègre les éléments fondamentaux du projet du Plasticien français d’origine hongroise (Pécs 1906 - Paris 1997).

 

Cette exposition attendue trouve sa place dans un bâtiment classé au titre des Monuments Historiques depuis le 25 novembre 2013 et restauré dans son intégralité (2013 - 2018).

 

 

 

 

 

Légende des oeuvres  :

 

Inguiniel - 1947-55
Huile sur carton - 31,9 x 41,7 cm
Collection particulière en dépôt à la Fondation Vasarely
Crédit Anne Fourès

 

Sokotora - 1949

Huile sur toile - 60,5 x 65 cm - Collection particulière

 

 

 

 

     REPORTAGE PROVENCE 18/18 TV


RHYTHMUS, INSTALLATION DE VERA RÖHM DANS LE PARC DE LA FONDATION

A partir du 17 février 2018

Une installation de Vera Röhm donne lieu à des perceptions complexes, ambivalentes. Matériaux de facture industrielle, l’aluminium et le plexiglas contrastent avec le paysage environnant. La nature agit comme un espace structuré par des verticales ainsi que le feraient des éléments d’architecture. On éprouve en même temps une sensation de vitalité et de croissance, comme si les stèles fixes – animées par une dynamique interne – tendaient, telles des plantes, vers la lumière, bien qu’au premier abord elles ne fassent pas référence à de l’organique, avec leur rigoureuse structure géométrique et leur matériau. Les parties en plexiglas, transparentes, reflétant la lumière, ouvrent la vue sur l’espace environnant. Ainsi, la sculpture en tant qu’installation, l’architecture et la nature entrent dans un rapport aussi contrastant qu’unifiant, qui permet le déploiement d’une réflexion aux multiples ouvertures.